Dans le cadre d’une maladie chronique telle que l’endométriose, nombreuses sont les femmes en quête de solutions pour apaiser leurs maux du quotidien. Dans cette recherche de bien-être, plusieurs thérapies dites « complémentaires » se mettent alors sur leur chemin. Parmi elles, la naturopathie fait partie de celles qui permettraient d’entrevoir un espoir de vie plus sereine. Mais qu’est-ce donc que cette pratique ? Et comment peut-elle aider les Femmes atteintes d’endométriose ? C’est ce que nous allons tenter de décrypter dans cet article.

La naturopathie, qu'est-ce que c'est ?

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la naturopathie est « un ensemble de méthodes de soins visant à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques ». Au même titre que l’ayurveda ou la médecine chinoise (MTC), elle est considérée comme une « médecine traditionnelle », dont les racines occidentales remontent à l’antiquité.

Les principes fondateurs de la naturopathie

La philosophie de la naturopathie repose sur 5 principes fondateurs, qui guident chaque naturopathe dans l’exercice de son métier :

  1. Le vitalisme: chaque être humain est animé par une force vitale « intelligente », dont le rôle est de tout faire pour que la matière, support d’expression de la vie, soit dans le meilleur état possible, le plus longtemps possible. En sciences, cette notion est nommée « homéostasie », et se traduit par le maintien stable des constantes biologiques. Le naturopathe doit donc connaitre, respecter et favoriser les conditions de la mise en œuvre de cette force vitale.
  2. L’humorisme: propre à toutes les médecines naturelles traditionnelles, ce principe met en cause un mal à l’origine de toutes les maladies : l’accumulation de toxines et toxiques au niveau des différents liquides de l’organisme (sang, lymphe et liquide intra/extracellulaire). Identifier et limiter les sources de toxémie, tout en soutenant les processus d’élimination du corps fait donc partie des missions du naturopathe.
  3. Le causalisme: chaque maladie a des causes, dont la suppression permettrait le retour à une santé pérenne. Lorsqu’une pathologie apparaît, le rôle du naturopathe n’est donc pas de traiter celle-ci, mais de comprendre pourquoi elle s’exprime afin d’aller agir sur la ou les cause(s) qui l’ont engendrée, dans le respect des lois du vivant.
  4. L’holisme: plutôt une méthodologie qu’un principe, il correspond à la prise en charge de l’individu dans sa plus grande entièreté possible : physique, physiologique, émotionnelle, mentale, sociale et environnementale. Aucun détail n’est sous-estimé afin que l’accompagnement naturopathique soit le plus personnalisé et cohérent possible.
  5. L’hygiénisme: il correspond à l’utilisation exclusive de techniques et de procédés issus de facteurs naturels de santé. Ce sont ces techniques que nous allons explorer dans le prochain chapitre.

Les techniques utilisées par un naturopathe

Dans la boîte à outils du naturopathe, 3 techniques majeures forment les piliers de la pratique :

  1. L’alimentation et la micronutrition,
  2. L’exercice physique, ou plus largement le mouvement,
  3. Les techniques psycho-émotionnelles.

Sept autres techniques viennent compléter celles de base :

  1. La phytologie : l’utilisation des plantes sous toutes leurs formes.
  2. L’hydrologie : l’usage de l’eau.
  3. La chirologie : les techniques manuelles.
  4. L’actinologie : les rayons et la lumière.
  5. La pneumologie : l’air.
  6. La magnétologie : techniques énergétiques.
  7. La réflexologie : les techniques réflexes telles que la réflexologie plantaire.

Un naturopathe ne maitrisera pas forcément toutes les techniques, mais pourra se spécialiser sur une ou plusieurs en fonction de ses intérêts et des pathologies qu’il accompagne.

En résumé : le rôle du naturopathe est de préserver ou rétablir l’équilibre de l’organisme en comprenant l’origine des maux qui l’affectent, et ce grâce à des moyens naturels.

Comment la naturopathie peut-elle accompagner les femmes atteintes d’endométriose ?

L’endométriose s’exprimant de manière singulière chez chaque femme, la naturopathie va permettre un accompagnement personnalisé, en fonction des différents symptômes, mais aussi des objectifs et besoins de la consultante. En travaillant sur l’hygiène de vie globale, le naturopathe proposera des solutions qui nécessiteront la responsabilisation et l’implication de celles qui consultent. Au-delà de la prise de compléments qui pourront agir sur le court et long terme, s’engager dans un accompagnement naturopathique demande donc une volonté de changement de ses habitudes de vie.

L’alimentation et la micronutrition

Premier carburant de l’organisme, l’alimentation tient un rôle majeur dans la santé. Son importance était d’ailleurs déjà prônée par Hippocrate (460 – environ 370 av. JC), père fondateur de la médecine.

Dans le cas de maladies inflammatoires telles que l’endométriose, la santé digestive va pouvoir apporter un soulagement qui ne se limitera pas à sa sphère. Elle va tout d’abord avoir un impact sur l’inflammation, dont l’ensemble de réactions qu’elle induit face à une agression implique le système immunitaire. En effet, plus de 70% des cellules de ce dernier se situant dans les intestins, en prendre soin est primordial pour ne pas alimenter cette fameuse inflammation.

Aussi, nos intestins sont composés de millions de bactéries, réunies sous le terme de microbiote intestinal, propre à chacun. Ces bactéries vont exercer entre autres une influence sur notre confort digestif, la bonne assimilation des nutriments, ou bien même l’équilibre du système psychique et hormonal. Elles vont aussi participer à l’efficacité de la barrière intestinale, qui régule ce qui entre et sort de l’intestin et constitue ainsi la première ligne de défense contre les agents pathogènes et antigènes.

Lorsque l’on parle endométriose, deux régimes sont sous les feux de la rampe : le régime anti-inflammatoire, et le régime sans FODMAPs. Sans aller dans le détail de chacun, ces deux alimentations sont très strictes pour celles qui les appliquent et parfois, ne conviennent pas vraiment. En effet, toutes les femmes endométriosiques ne disposent pas des mêmes fonctions digestives, du même microbiote, etc.  C’est pourquoi il est difficile d’en faire des solutions universelles.

En ce sens, la naturopathie va vous permettre de définir l’alimentation qui vous convient. En passant par une écoute du corps et/ou des analyses spécifiques, elle peut vous accompagner à améliorer votre hygiène alimentaire et vous orienter vers de nouvelles habitudes adaptées à votre physiologie et vos besoins. L’usage de la micronutrition, c’est-à-dire de micronutriments (vitamines et minéraux) va aussi permettre d’agir de manière ciblée sur différents maux, ou bien potentialiser certains processus physiologiques (comme certains impliqués dans la fertilité par exemple ou bien la réparation tissulaire en postopératoire).

En résumé : en cas d’endométriose, l’alimentation et la micronutrition vont pouvoir notamment agir sur l’inflammation, la digestion, l’énergie, l’équilibre hormonal et la fertilité.

L’exercice physique

L’activité physique régulière améliore la condition physique, mais influence aussi positivement le psychisme grâce notamment à la libération d’endorphines (hormone du bonheur, anti-douleurs naturelles) qu’elle déclenche. En cas d’endométriose, il est primordial de « déverrouiller » régulièrement le corps afin d’activer les échanges cellulaires et circulatoires, mais aussi pour éviter que les adhérences (tissus cicatriciels) ne se rigidifient et ainsi, causent des douleurs.

Néanmoins, tous les sports ne sont pas forcément adaptés à l’endométriose. Certains peuvent contribuer aux spasmes pelviens (CrossFit par exemple) et en fonction de l’intensité de la pratique, le processus inflammatoire peut être sollicité. C’est pourquoi la mise en mouvement doit être choisie avec précaution et en fonction des capacités de chacune. Parfois, quelques étirements ou postures de yoga peuvent suffire pour apporter un soulagement sur le long terme.

En résumé : en cas d’endométriose, bien choisir sa pratique d’activité physique et l’adapter à ses capacités et besoins peut apporter un soulagement physique et psychologique. 

La gestion du mental

En diminuant la réponse immunitaire et en épuisant les réserves de cortisol (une autre hormone, aux capacités anti-inflammatoires), le stress contribue directement à l’endométriose et aux douleurs qu’elle provoque. De plus, le stress stimule d’autres processus, qui ont tendance à entrainer un cercle vicieux :

Plusieurs techniques peuvent être proposées en naturopathie pour aider à atténuer le stress : respiration, méditation, phytothérapie / aromathérapie, fleurs de bach, sport, etc. Elles seront à choisir en fonction de ce qui convient le mieux à chacune. Un accompagnement peut être aussi proposé afin d’explorer les origines psychosomatiques (traumatismes, évènements de vie, etc.), transgénérationnelles (dans la lignée familiale) ainsi que la symbolique de la maladie.

Entre gestion des rendez-vous médicaux, difficultés à réaliser les tâches quotidiennes ou même se rendre au travail, les douleurs, etc. Le quotidien des femmes atteintes d’endométriose est exposé à de nombreux stress. Apprendre à gérer son énergie, poser ses limites sans culpabilité, ou s’entourer de personnes bienveillantes et supportrices sont autant de moyens de les limiter. Un naturopathe pourra vous aider sur ce chemin.

En résumé : en cas d’endométriose, diminuer les sources de stress et apaiser son mental contribuent à un meilleur vécu de la maladie.

Au-delà de l’usage des 3 principales techniques, le naturopathe pourra les combiner à d’autres afin de soulager certains symptômes ou déséquilibres :Les autres techniques

  • La phytologie pourra notamment être utilisée afin d’agir sur l’équilibrage du cycle (hormonal, ovulatoire, de la glaire cervicale, etc.), la détoxification hépatique et digestive ou la gestion de la douleur (hormonale, inflammatoire et neuropathique).
  • L’hydrologie et la chirologie pourront agir sur la détoxification de l’organisme, l’amélioration de la circulation sanguine et lymphatique ainsi que la détente.
  • L’actinologie et la magnétologie aideront à l’équilibrage énergétique et nerveux.
  • La pneumologie pourra aider à la détente nerveuse et du plancher pelvien, la mobilité des organes et la gestion de la douleur.
  • La réflexologie pourra stimuler les différents organes et participer à la détoxification.

En fonction des compétences et spécialisations de chaque naturopathe, un soutien pourra aussi être apporté afin d’apprivoiser le cycle menstruel, ses fluctuations et signaux de fertilité, de mieux connaitre son corps et sa physiologie de femme ou bien d’adapter son environnement, comme la limitation du contact avec les différents perturbateurs endocriniens.

En résumé : en cas d’endométriose, il est possible d’aller piocher dans la boîte à outils naturopathique afin d’adapter les solutions à sa situation.

LUNA vous aide :

La fonctionnalité LUNA AGENDA vous permet en fonction des données de votre cycle menstruel :

De prévoir vos règles et de connaître le jour de l’ovulation pour prévoir ou éviter une grossesse.

Permet d’évaluer votre potentiel de fertilité selon votre âge à titre information, et suivre votre période de fertilité en fonction de votre cycle menstruel. Il vous est également possible d’enregistrer vos prises de température au sein de LUNA.

Conclusion

Comme vous l’aurez compris, il n’existe pas de protocole standardisé pour accompagner l’endométriose avec la naturopathie. Toutes les femmes atteintes souffrent de symptômes différents, dont les origines peuvent varier. Le rôle du naturopathe est donc d’accompagner chacune d’entre elles avec des techniques naturelles adaptées, dans une écoute et alliance thérapeutique qui favorise la bienveillance et le changement.


Ecrit et validé scientifiquement par Manon Brucker

Sophrologue spécialisée en endométriose à Marseille.

Ancienne consultante pour l’industrie aéronautique, elle quitte cette vie pro à la recherche de plus de sens, et se reconnecte à ses aspirations profondes. 

Après des interrogations et recherches poussées sur les réactions du corps face à la maladie, elle trouve des réponses en la naturopathie, qui a su lui apporter des solutions d’un point de vue personnel. 

Atteinte d’une endométriose, elle décide de se spécialiser dans l’accompagnement des femmes après une formation professionnelle de Naturopathe au sein de l’institut Euronature. 

Manon Brucker propose des accompagnements pour aider les femmes à mieux vivre avec leur endométriose, réguler leur cycle ou encore optimiser leur fertilité naturellement. 


Lire aussi : LUNA vous explique : Le traitement de la douleur neuropathique