L’endolike est une entité non réellement définie dans la science et la littérature, et est malgré tout très souvent rencontrée en consultation gynécologique.

Une femme peut présenter tous les symptômes d’une endométriose, sans que celle-ci soit confirmée, notamment par les examens d’imagerie : échographie pelvienne endovaginale et IRM pelvienne.

Si je n’ai pas une endométriose, alors qu’est-ce que j’ai ?

Il y a plusieurs hypothèses qui peuvent expliquer des douleurs liées au cycle menstruel, sans pour autant que l’on soit atteinte d’endométriose :

  1. Une dysménorrhée primaire : il s’agit d’un cycle menstruel très douloureux lors des premières règles. Mais ces douleurs s’arrêtent en post adolescence, ou vers l’âge de 20 ans. Ce phénomène s’explique par l’immaturité hormonale, qui a pour conséquence un cycle menstruel très inflammatoire. Cependant, dans cette situation, la jeune patiente ne présente, en général, pas ou peu de symptômes de type malaise, nausée ou vomissement, ballonnements ou absentéisme scolaire.

 

  1. Existence de signes ou symptômes très évocateurs d’endométriose, associés à des signes généraux digestifs et urinaires, et une fatigue très importante. Dans cette situation, si les examens d’imagerie (IRM et échographie) ne montrent pas de signes, il n’est pas exclu que vous puissiez souffrir d’endométriose. En effet, toutes les femmes présentant une endométriose réelle à un âge plus avancé, décrivent la présence de douleurs très importantes dès l’adolescence, et au jeune âge adulte. Il est donc difficile de ne pas évoquer le diagnostic d’endométriose, malgré une imagerie négative, sans connaissance de votre avenir. Il s’agit là du tableau typique de ce que l’on peut appeler Endolike.

 

  1. Si vous avez de réelles douleurs évoquant une endométriose avec une imagerie négative, dans un contexte d’examens réalisés en dehors d’un centre spécialisé. Dans cette situation, qui correspond également à une zone dite tampon Endolike, il sera nécessaire de répéter les examens d’imagerie en fonction de la symptomatologie et de la présence d’un centre d’imagerie très spécialisé à proximité.

 

  1. Si vous souffrez d’une adénomyose précoce, peu visible à l’imagerie, plus ou moins associée à un syndrome des ovaires polykystiques SOPK. Il s’agit d’une situation assez fréquente en cours de description dans la littérature scientifique, et bénéficiant aujourd’hui des améliorations technologiques de l’imagerie pour sa détection.

LUNA vous aide :

LUNA vous propose de réaliser le test LunaEndoScore®, le Dispositif Médical certifié CE d’aide au diagnostic de l’endométriose, qui vous permettra de connaître votre propre risque d’endométriose en répondant à un questionnaire fondé sur une expertise médicale.

Usage prévu

LunaEndoScore® a pour objectif d’aider au dépistage de l’endométriose par le calcul d’un score de risque déterminant la probabilité d’être affectée par l’endométriose à partir des réponses des utilisatrices à un questionnaire.


A savoir : le rôle de l’imagerie dans la détection de l’Endolike

Il est nécessaire d’évoquer l’amélioration des techniques d’imagerie d’année en année. Cette notion est très importante car la pertinence et la spécificité des images permettent de mieux diagnostiquer des lésions d’endométriose fines, et de petit diamètre.

Pour cela, il est nécessaire de rappeler que les images sont très performantes pour montrer des kystes ovariens (endométriomes), ou une endométriose profonde et volumineuse, atteignant le vagin, le rectum, la vessie et d’autres organes digestifs, mais restera cependant moins performante pour le diagnostic de l’adénomyose et de l’endométriose superficielle. Cette difficulté de diagnostic à l’imagerie doit être intégrée pour ne pas éliminer un diagnostic d’endométriose.


Pourquoi être considérée comme « Endolike » ?

Obtenir un diagnostic « Endolike » permet un meilleur suivi de vos douleurs, ainsi que l’enregistrement et l’évolution de tous vos symptômes pouvant réellement déclencher une endométriose. Cette méthode permettra à l’avenir, et avec l’apport de l’intelligence artificielle, de prédire à la fois l’évolution d’une endométriose, mais également le phénotype de la maladie, et le risque pour votre fertilité qu’implique cette endométriose.

 

L’Endolike permet également la mise en place d’un traitement sensiblement similaire que celui pour traiter l’endométriose sur le plan médical. En effet, souvent les traitements hormonaux, antalgiques, ainsi que toutes les actions de support telles que la diététique, le yoga, l’activité sportive, la micronutrition, etc. peuvent avoir les mêmes effets bénéfiques que pour une endométriose. Il est en effet urgent de diminuer vos douleurs, même si vous n’êtes pas une « réelle » patiente atteinte d’endométriose.

 

Les femmes souffrant de douleurs du cycle menstruel représentent un réel enjeu de santé publique. Être considérée comme « Endolike » permet l’accès à des traitements simples et efficaces, afin d’éviter une hypersensibilisation, ainsi que l’apparition d’une anxiété créant un changement de comportement cyclique, qui pourrait empirer les douleurs.

LUNA vous aide :

Grâce à votre Evaluation LUNA et LUNA et moi, identifiez et analysez votre profil de douleurs. Évaluez et visualisez régulièrement leur évolution grâce à des courbes, des graphiques, et retrouvez tous les conseils de LUNA pour prendre soin de vous et gagner du terrain sur la maladie !


Conclusion : L'Endolike et LUNA

L’application LUNA permet de détecter les patientes à risque d’endométriose, par son test LUNAEndoscore (Dispositif Médical CE), de prédire le cycle menstruel, ainsi que de réaliser une évaluation de la douleur et de la qualité de vie en temps réel, en relation avec le traitement mis en place. La comparaison de ces informations au sein de LUNA permettra dans l’avenir de connaître, et de prédire l’évolution des patientes souffrant de douleurs lors du cycle menstruel.



Co-écrit et validé scientifiquement par Dr Jean-Philippe Estrade,

Chirurgien gynécologue et obstétrique, expert en endométriose à l’Hôpital Privé Clairval et la Clinique Bouchard, à Marseille.


Lire aussi : LUNA vous explique : La douleur dans l’endométriose