La sophrologie est une forme de thérapie brève (entre 8 et 12 séances à raison d’une séance par semaine) basée sur des exercices corporels, respiratoires et méditatifs. Cette méthode a été inventée par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo en 1960 qui s’est inspiré de l’hypnose Ericksonienne, de la méthode Coué (technique de suggestions positives) mais aussi de la méditation et du yoga. Le fondateur a créé une méthode unique contenant des exercices de relaxation dynamique (mouvements doux du corps associés à l’intention de l’esprit et à la respiration) ainsi que des visualisations adaptées aux besoins de la personne afin de faire émerger ses capacités et son plein potentiel en vue d’atteindre son objectif (modification de la perception cérébrale/ reconditionnement mental).

La sophrologie permet d’harmoniser le quotidien, de diminuer le stress, les angoisses, la fatigue, le mal-être, les douleurs, etc. Elle permet également de retrouver un équilibre émotionnel, mental et corporel. Enfin, cette approche thérapeutique propose un accompagnement doux et efficace le temps de surmonter une épreuve ou de dénouer une problématique.

Pourquoi pratiquer la sophrologie lorsqu’on est atteinte d’endométriose ?

L’endométriose est une maladie chronique inflammatoire qui touche 1 femme sur 10. Il s’agit d’une maladie complexe et l’on sait désormais que la quantité et la profondeur des lésions endométriosiques n’est pas nécessairement responsable de l’intensité des symptômes. En effet, on peut être atteinte d’une endométriose dite « superficielle » avec des douleurs chroniques intenses et des symptômes quotidiens invalidants et, à l’inverse, être atteinte d’une endométriose dite « profonde » avec de nombreuses lésions sans aucun symptôme.

La sophrologie est intéressante pour apprendre à mieux vivre avec l’endométriose et ces symptômes du quotidien, à savoir :

Apprendre à gérer les douleurs chroniques

La sophrologie peut apaiser la perception et l’intensité des douleurs chroniques (neuropathiques ou inflammatoires). En effet, lorsque la douleur s’éveille nous produisons du cortisol (Le cortisol est la principale hormone glucocorticoïde, secrétée par les glandes corticosurrénales. Elle permet la régulation des glucides, des lipides, des protides, des ions et de l’eau pour limiter une éventuelle variation de l’équilibre physiologique de l’organisme. A noter qu’elle intervient dans la gestion du stress par l’organisme, en réaction à la douleur chronique. Elle permet une libération du taux de glucose dans le sang pour nourrir les muscles, le cœur, le cerveau, dans une situation de stress prolongé1) et de l’adrénaline (L’adrénaline est une hormone appartenant à la famille des catécholamines. Elle est sécrétée en réponse à un état de stress, comme des douleurs intenses, entraînant une accélération du rythme cardiaque, une augmentation de la vitesse des contractions du cœur, une hausse de la pression artérielle, une dilatation des bronches ainsi que des pupilles. Elle répond à un besoin d’énergie pour faire face au danger. A l’inverse, lorsque nous pratiquons la sophrologie nous produisons de lendorphine (les endorphines sont des neuropeptides synthétisés par le cerveau, notamment par l’hypophyse et l’hypothalamus). Cette hormone joue un rôle clé dans le système nerveux central et intervient dans les circuits de la récompense et du plaisir.

Elle a également une action analgésique : diminution de la douleur et anxiolytique : apaisement de la fréquence respiratoire et du stress et de la dopamine (neurotransmetteur, la dopamine est une substance chimique sécrétée naturellement dans le corps humain pour communiquer d’un neurone à un autre. Selon l’Inserm, la dopamine est une molécule « du plaisir et de la récompense », que le cerveau libère lors d’une expérience qu’il juge bénéfique et agréable), ces dernières ont la capacité d’apaiser naturellement le cortisol et l’adrénaline, de ce fait, atténuer la sensation de douleur et retrouver la sérénité.

Retrouver un lien avec son corps

La sophrologie permet également de se reconnecter, se réconcilier avec son corps. Effectivement, lorsqu’on est atteinte d’endométriose nous avons tendance, naturellement, à nous dissocier de notre corps, à lui en vouloir, à l’ignorer et à le maltraiter parfois. Cette discipline permet de se recentrer sur soi, d’apprendre à s’écouter et à devenir bienveillante avec son corps.

Apaiser les émotions dites« négatives » (colère, frustration, tristesse) engendrées par la maladie chronique

Lorsqu’on est atteinte d’une maladie chronique inflammatoire comme l’endométriose, et que nous subissons des symptômes au quotidien certaines émotions négatives peuvent s’installer à l’intérieur de nous. Celle qui est le plus souvent vécue est la colère, cette sensation d’injustice face à cette maladie parfois invalidante. Ressentir ces émotions au quotidien accroit la sensation de mal-être, de souffrance et d’isolement. En sophrologie nous apprenons à canaliser, à accueillir et à apprivoiser au mieux ces émotions afin de ne plus les laisser nous dominer. Nous accompagnons la personne à modifier également sa perception mentale (par la visualisation en état modifié de conscience) afin de faire émerger des émotions positives.

Retrouver l'énergie, l'envie, la joie de vivre

La fatigue chronique est l’un des symptômes principaux de l’endométriose. En effet, le système nerveux et régulièrement sollicité ce qui est extrêmement fatigant pour l’organisme. La sophrologie permet de retrouver une énergie positive mais aussi d’apprendre à s’écouter davantage pour préserver, dans la mesure du possible, l’énergie disponible. Elle permet également de retrouver l’envie de pratiquer des activités et la joie de vivre en favorisant l’émergence des capacités et du plein potentiel de la personne.

Accepter la maladie

Il s’agit ici d’un axe essentiel pour mieux vivre avec l’endométriose. Accepter que cette maladie chronique fasse partie de nous et essayer de l’apprivoiser au mieux en mettant en place des méthodes apaisantes comme la respiration, la relaxation, les exercices de relaxation dynamique. La sophrologie

favorise la prise de conscience, l’acceptation et accompagne à cohabiter de la manière la plus sereine possible avec la maladie.

Se préparer mentalement à une intervention chirurgical

La chirurgie de l’endométriose n’est pas systématique, elle peut être conseillée en cas de douleurs et symptômes invalidants mais aussi en cas d’infertilité. La programmation de cette intervention peut devenir source d’anxiété et de stress notamment par peur de l’inconnu, de l’anesthésie, des conséquences et des douleurs post opératoires possibles. La sophrologie permet d’accompagner à se préparer au mieux pour le jour de l’intervention. Tel un sportif qui prépare mentalement une compétition, nous visualisons les détails du jour de l’intervention chirurgicale et nous préparons le cerveau à accueillir ce moment avec calme et sérénité. En effet, le fait que le cerveau ait déjà « vécu » mentalement l’évènement il sera moins déstabilisé. Par ailleurs, nous laissons émerger aussi une forme de « lâcher prise » pour s’autoriser à se laisser aller et à faire confiance au corps médical.

Aborder sereinement un parcours PMA

Nous savons que 30 à 40 % des femmes ayant une endométriose rencontrent un problème de fertilité. Après avoir essayé naturellement de concevoir un enfant, et en ayant peut-être eu recours à la chirurgie, certaines femmes entament un parcours de Procréation Médicalement Assistée (PMA). La sophrologie permet d’accompagner au mieux la personne à vivre sereinement ce parcours qui peut être perçu comme « un échec » puisqu’il rappelle l’incapacité de la femme à donner la vie naturellement. Durant ce type de parcours, le stress peut être omniprésent (examens gynécologiques réguliers, injection d’hormones provoquant des variations d’humeur parfois importantes, attente des résultats, peur de l’échec, etc.). L’accompagnement en sophrologie permet de retrouver l’apaisement, la sérénité, la confiance et le lâcher prise.

Lorsqu’on est atteinte d’endométriose symptomatique c’est notre environnement global qui est impacté (professionnel, familial, social). L’objectif de la sophrologie est essentiellement de permettre de modifier notre perception à la douleur, d’apprivoiser notre corps et nos ressentis et d’apaiser considérablement les émotions dites « négatives » tout en laissant les émotions « positives » prendre davantage d’espace. Ce changement permettra de retrouver un véritable mieux-être au quotidien.

LUNA vous aide :

La fonctionnalité LUNA AGENDA vous permet en fonction des données de votre cycle menstruel :

De prévoir vos règles et de connaître le jour de l’ovulation pour prévoir ou éviter une grossesse.

Permet d’évaluer votre potentiel de fertilité selon votre âge à titre information, et suivre votre période de fertilité en fonction de votre cycle menstruel. Il vous est également possible d’enregistrer vos prises de température au sein de LUNA.

Comment ça marche ?

Lors de la première rencontre avec le.la sophrologue, un questionnement global est établi sur la problématique, l’état d’esprit de la personne, les habitudes de vie, les freins, les ressources, les difficultés… Ainsi, à la fin de cette rencontre nous énonçons un objectif précis (exemple : je veux apprendre à gérer mes douleurs chroniques / je veux retrouver la sérénité au quotidien…). Grâce à toutes ces informations et cet objectif défini ensemble, le.la sophrologue peut établir le protocole d’accompagnement personnalisé et adapté.

Par la suite, chaque séance a une intension précise en vue de faire émerger les capacités et le potentiel de la personne ainsi de franchir des paliers pour atteindre cet objectif (exemple : apaiser les tensions physiques, atténuer le stress et les émotions négatives, retrouver l’énergie…).

La séance se divise en quatre parties :

  • Dans un premier temps, un temps d’échange pour connaître l’état d’esprit de la personne et son cheminement depuis la séance précédente ;
  • Dans un second temps, la pratique de relaxations dynamiques prépare l’esprit et le corps à la détente et au relâchement souhaité. Elle permet également de commencer le reconditionnement mental en vue de répondre à l’intention de la séance ;
  • Dans un troisième temps, la pratique de la sophronisation (visualisation guidée en état modifié de conscience) permet d’ancrer dans la conscience de la personne le changement positif souhaité ;
  • Enfin, à la fin de chaque séance un temps d’échange est nécessaire pour conscientiser les effets de la sophronisation.


Conclusion

La sophrologie s’appuie essentiellement sur le fait que le cerveau ne fait pas de distinction entre ce qui est réel et ce qui est imaginé. De ce fait, l’implication, la confiance et la détermination de la personne lors des suggestions du.de la sophrologue jouent un rôle essentiel quant à l’efficacité de l’accompagnement. De plus, l’application des exercices recommandés entre chaque séance permet des résultats rapides et durables.

Cette méthode psychocorporelle peut améliorer considérablement le quotidien des femmes atteintes d’endométriose. Elle intervient en parallèle d’un suivi médical adapté et d’un traitement éventuel. Ainsi, la sophrologie ne se substitue aucunement à la médecine conventionnelle



Ecrit et validé scientifiquement par Dr Elodie NAUDIN

Sophrologue spécialisée en endométriose à Marseille.


Lire aussi : LUNA vous explique : Le traitement de la douleur neuropathique