Lendométriose peut provoquer de nombreux symptômes variant d’une femme à l’autre. La définition de chaque symptôme et son apparition chronologique dans votre vie peuvent vous aider à mieux appréhender chaque signe pour orienter vers le bon diagnostic. Il est très important de remonter le cours de votre histoire pour relever chaque symptôme, les classer dans le temps et également comprendre leurs implications dans votre fonctionnement.


À SAVOIR

La localisation de l’endométriose

L’endométriose est une pathologie située dans la très grande majorité des cas dans le pelvis dans lequel se trouvent les organes essentiels suivants : le vagin, l’utérus, le colon et la vessie.

Dans quelques cas plus rares, l’endométriose peut se localiser au niveau du diaphragme, de l’ombilic, d’une cicatrice de césarienne ou d’épisiotomie.

Ces situations anatomiques expliquent la variabilité des signes de l’endométriose. Les symptômes de l’endométriose, notamment douloureux, dépendent de la présence d’un nombre important de nerfs dans tous ces organes, et des trajets complexes inhérents pour transmettre le signal nerveux jusqu’au cerveau.


Les symptômes de l’endométriose

Chaque symptôme décrit ci-dessous peut être lié à une endométriose, cependant chacun d’entre eux peut se déclencher indépendamment de la maladie, tout au long de la vie d’une femme.

L’association de plusieurs de ces symptômes, leur apparition progressive et leur évolution ayant un impact sur votre qualité de vie et votre quotidien, peuvent vous amener à penser à de l’endométriose.

Les dysménorrhées

Les douleurs de règles sont très fréquentes lors de l’installation du cycle hormonal. Ces douleurs sont considérées comme normales si elles sont peu intenses (<6 sur 10). Ces douleurs sont en rapport avec le caractère inflammatoire du cycle menstruel.

Les douleurs de règles sont considérées comme anormales et liées à un problème de santé si elles sont supérieures à 6 sur une échelle de 10. L’intensité de la douleur des règles peut provoquer des troubles digestifs et urinaires, et même d’autres symptômes plus généraux par son caractère profond, cyclique et intime (malaise, nausée, vomissement, fatigue, etc..)

Lire aussi : qu'est-ce que l'adénomyose ?

Ménorragies-métrorragies… ou plus simplement des saignements abondants

Les saignements abondants pendant et hors période de règles sont également des symptômes fréquents relevés lors d’un dérèglement hormonal constant ou passager.

L’association de saignements abondants avec des douleurs de règles évoque souvent la présence d’une endométriose à l’intérieur de l’utérus : l’adénomyose.

Cette forme particulière d’endométriose peut être identifiée à tous les âges. C’est un symptôme très important pour le diagnostic de l’endométriose qu’il est nécessaire d’évaluer.

Les dyspareunies ont un impact sur votre vie sexuelle

Les dyspareunies, ce sont les douleurs que l’on peut ressentir pendant les rapports sexuels, qui peuvent par ailleurs exister dès le début de l’activité sexuelle. Cependant elles doivent disparaître très rapidement pour ne pas être liées à une pathologie.

Les dyspareunies peuvent être :

  • Superficielles, lors de la pénétration
  • Profondes, lors du rapport sexuel (selon les positions sexuelles choisies)

Ces douleurs peuvent également persister après le rapport sexuel et être accompagnées d’autres symptômes (ex: un malaise).

Ces douleurs ne sont pas considérées comme normales, et peuvent être expliquées par de nombreuses pathologies, dont la première est l’endométriose.

Malheureusement, les femmes évoquent peu et/ou rarement ce symptôme, souvent tabou et source de souffrance. Il est pourtant nécessaire d’en parler, afin d’en évaluer l’intensité et le retentissement sur notre intimité.

Les symptômes urinaires

Les douleurs de vessie sont souvent difficiles à interpréter. Elles peuvent être déclenchées par le fait d’uriner, d’avoir une vessie pleine ou une vessie vide. Elles peuvent aussi être relatives à une fréquente envie de vider sa vessie.

De nombreuses pathologies peuvent expliquer ce type de douleurs. Cependant, l’association de douleurs de vessie à une perte de sang par les urines peut fortement évoquer la présence d’une endométriose.

La présence isolée ou associée de douleurs comme les coliques néphrétiques et/ou douleurs lombaires peut suggérer une endométriose de l’uretère.

Les symptômes digestifs

Les troubles du rectum, notamment lors de la défécation, par la présence de douleurs et de saignements, sont de symptômes très importants à qualifier pour orienter le diagnostic vers la présence d’une endométriose.

Dans cette situation, la complexité de la région pelvienne et la proximité des organes est telles que, ces seuls symptômes ne permettent pas d’en déterminer l’origine exacte de ces derniers, ni de déterminer une endométriose. Cependant, ils devront être annoncés par la patiente pour permettre une amélioration du diagnostic de l’endométriose.

Les troubles de la fertilité

L’infertilité peut se définir plus simplement qu’il n’y paraît : c’est l’absence de grossesse durant un an de rapports sexuels sans contraception.

Il s’agit également d’un symptôme possible de l’endométriose, notamment lorsque cette infertilité s’associe à des douleurs.

On estime à 40% de patiente infertile pouvant être atteinte d’endométriose.

Raison pour laquelle ces symptômes doivent absolument être abordés en consultation de médecine de reproduction, pour amener les patientes à réaliser un diagnostic d’endométriose avant toute prise en charge pour la conception d’un enfant.

Et des symptômes plus rares…

Les localisations différentes de l’endométriose selon les patientes provoquent des symptômes particuliers. Voici quelques exemples plus rares d’endométriose :

  • L’endométriose du diaphragme se manifestera par des douleurs en général de l’épaule droite.
  • L’endométriose ombilicale pourra provoquer des douleurs ombilicales associées à des saignements menstruels.
  • Après un accouchement ou une césarienne, une endométriose peut se développer sur la cicatrice de césarienne ou sur la cicatrice d’une épisiotomie. La symptomatologie associera douleurs et saignements dans ces localisations.
  • Les douleurs sciatiques, crurales, vulvaires, ainsi que certains déficits moteurs et sensoriels de la jambe peuvent être en relation avec une endométriose atteignant les nerfs des racines sacrées et sciatiques. Le caractère cyclique et menstruel de ce type de douleurs doit faire évoquer une origine endométriosique.

Cette situation est sous-estimée par le corps médical et est pourtant, très fréquemment en rapport avec une endométriose profonde rectale et du paramètre (côté de l’utérus).

LUNA vous aide

LUNA vous propose de réaliser le test LunaEndoScore®, le Dispositif Médical certifié CE d’aide au diagnostic de l’endométriose, qui vous permettra de connaître votre propre risque d’endométriose en répondant à un questionnaire fondé sur une expertise médicale.

Usage prévu

LunaEndoScore® a pour objectif d’aider au dépistage de l’endométriose par le calcul d’un score de risque déterminant la probabilité d’être affectée par l’endométriose à partir des réponses des utilisatrices à un questionnaire.

Mais aussi... Les symptômes autour de l’endométriose

L’endométriose est très variable entre les femmes, le point commun est souvent le retard diagnostique.

Les années passent et pendant cette période d’attente de diagnostic, la présence de douleurs cycliques, intenses et intimes va interférer avec les autres organes pelviens (vagin, rectum, intestin grêle, vessie, estomac).


A SAVOIR

Cette interaction se réalise par le réseau nerveux qui comporte à la fois des nerfs de la motricité et de la sensibilité volontaire (perçue par l’individu) et les nerfs végétatifs (réseau qui gère le fonctionnement autonome des organes).

Ces connexions multiples perturbées par l‘endométriose pelvienne peuvent expliquer une grande partie des symptômes associés autour de la maladie.

Souvent difficile à interpréter par les patientes et les médecins, ces symptômes peuvent être tellement intenses qu’ils peuvent cacher ou perturber la détection des signes réels de l’endométriose.


LUNA vous aide

Grâce aux fonctionnalités Mon évaluation et LUNA et moi, vous avez la possibilité d’évaluer vos symptômes, leur importance et leur impact sur votre qualité de vie et votre sexualité. Ce scoring associé à l’historique permettra d’augmenter les chances de découverte des symptômes et de leurs résolutions.

Lire aussi : la douleur dans l'endométriose

Les troubles digestifs

Les symptômes à type de ballonnements, l’alternance de diarrhées/constipation, ou encore les nausées et les vomissements peuvent être associés à des douleurs de règles dites normales et passagères, mais également de façon cyclique chez une patiente présentant une endométriose.

La relation entre la douleur intense et la perturbation du message nerveux digestif est réelle. Ces symptômes peuvent s’améliorer avec le traitement de l’endométriose et doivent donc être recherchés et évalués.

Lire aussi : les troubles digestifs dans l'endométriose

Les troubles urinaires

L’impériosité mictionnelle (ou sensation de cystite) et le fait d’uriner très fréquemment sont souvent des symptômes relevés lors d’une endométriose ou d’une adénomyose. L’interaction nerveuse entre les différents organes atteints d’endométriose est également réelle. Ce trouble urinaire dépend également de l’intensité de la douleur initiale, car la perturbation du message nerveux est intense.

Les douleurs lombaires

Les douleurs du bas du dos ou lombalgies, notamment lors du cycle menstruel, sont souvent associées à une endométriose, et à plus forte récurrence encore, à une adénomyose.

Le système nerveux particulier de l’utérus explique ces douleurs lombaires et sacrées, ainsi que le déséquilibre par les microdéplacements intervertébraux (concept ostéopathique de déséquilibre du rachis provoquant des blocages vertébraux et des douleurs lombaires).

Les dyspareunies superficielles

Les douleurs sexuelles de la pénétration ou intromission peuvent être en relation avec un réflexe des muscles du périnée, situé autour de la vulve. Il s’agit d’un réflexe de contraction périnéale en relation lié à la douleur d’endométriose, appelé syndrome myofascial.

Ce symptôme ne doit pas être confondu avec la dyspareunie profonde qui est une douleur lors de position sexuelle particulière avec un contact du fond vaginal.

Et enfin...Les symptômes généraux

La douleur chronique, mal expliquée, est responsable à la fois :

  • d’une dépense d’énergie importante pour assurer une vie normale
  • d’un phénomène d’hypersensibilisation

En effet, l’exposition répétitive à la douleur entraîne un dysfonctionnement du système nerveux central (cerveau et moelle épinière) qui va créer une hyperexcitabilité du système neuronal.

La conséquence est l’augmentation du message douloureux et la perception d’une hypersensibilité sensorielle. Ce phénomène est ressenti sur toutes les zones du corps, avec une diminution du seuil de perception de la douleur.

Les symptômes ci-dessous sont en relation avec ce mécanisme et avec la perception intellectuelle et psychologique de la patiente.

Une fibromyalgie

Soit la présence de douleurs sur les muscles et sur le squelette sans cause évidente

Des troubles de la sexualité

La baisse de la libido est secondaire à la douleur chronique, la fatigue et les modifications possibles de la relation dans le couple. La sécheresse vaginale due au traitement peut également participer aux difficultés sexuelles.

Symptomatologie pelvienne diverse

Comme évoqué précédemment, la présence de symptômes urinaires, digestifs, et/ou sexuels peuvent être la conséquence de la diminution du seuil de douleurs et entraîner une surexpression du symptôme.

Un syndrome de fatigue

La fatigue chronique est un symptôme souvent exprimée par les patientes présentant des douleurs chroniques, telles que l’endométriose. En effet, la lutte contre la douleur, l’errance diagnostique et thérapeutique consomment énormément d’énergie.

Cette fatigue perturbe les relations sociales professionnelles et personnelles. Le manque de compréhension de l’entourage peut isoler la patiente et entraîner une baisse du moral et des changements d’humeur.

Stress et anxiété

Le manque de connaissance et de reconnaissance de l’endométriose, la difficulté pour la patiente de se projeter dans l’avenir, et notamment sur les questionnements relatifs à la fertilité, est source d’un état de stress et d’un état anxieux.

L’inquiétude normale de la patiente face à l’absence de prise en charge adéquate doit être recherchée et combattue pour apporter des solutions thérapeutiques holistiques, c’est-à-dire prenant en compte tous les symptômes chez les femmes : les symptômes de l’endométriose, les symptômes autour de l’endométriose et les symptômes généraux

Le catastrophique douloureux

Dans certaines situations, souvent dues à un retard diagnostique très important, et la consultation de nombreux médecins sans réponses, les symptômes peuvent s’associer pour devenir handicapants.

Le catastrophique douloureux se définit par un manque de vision à long terme, et sur la possibilité de retrouver une vie normale. Cette situation doit être dépistée et faire poser les bonnes questions afin de connaître la vraie symptomatologie douloureuse de l’endométriose.

En effet, cette situation peut mal orienter les médecins vers une origine purement psychologique de l’état de santé.

Lire aussi : Comment mieux vivre avec ses règles ?

Co-écrit et validé scientifiquement par Dr Jean-Philippe Estrade,

Chirurgien gynécologue et obstétrique, expert en endométriose à l’Hôpital Privé Clairval et la Clinique Bouchard, à Marseille.