Les dysménorrhées sont définies par l’apparition de douleurs pendant la période de règles. Les douleurs peuvent démarrer quelques jours avant le début des règles sous la forme de syndrome prémenstruel, et perdurer jusqu’à plusieurs jours après. Les douleurs se situent au niveau du bas ventre et du dos (lombalgies). Ces symptômes ne sont pas considérés comme normaux. Si les douleurs de règles sont fréquentes lors de l’installation du cycle hormonal, elles sont considérées comme normales uniquement si elles sont peu intenses, et si elles n’entrainent pas de signes majeurs (absentéisme, vomissements, malaises…). Ces douleurs sont en rapport avec le caractère inflammatoire du cycle menstruel.

À quoi sont dues les dysménorrhées ?

De nombreuses causes peuvent expliquer les dysménorrhées :

LUNA vous aide :

LUNA vous propose de réaliser le test LunaEndoScore®, le Dispositif Médical certifié CE d’aide au diagnostic de l’endométriose, qui vous permettra de connaître votre propre risque d’ endométriose

Usage prévu

LunaEndoScore® a pour objectif d’aider au dépistage de l’endométriose par le calcul d’un score de risque déterminant la probabilité d’être affectée par l’endométriose à partir des réponses des utilisatrices à un questionnaire.

Quels sont les traitements possibles ?

Dans le cas de dysménorrhées primaires, les recommandations sont :

  • Des anti-inflammatoires non stéroïdiens (antiprostaglandines), qui vont agir contre l’action des prostaglandines, responsable des contractions utérines. Ils seront utilisés de façon ponctuelle et prescrits pour une courte durée (exemple : ibuprofène).
  • Les progestatifs, qui vont diminuer la motricité de l’utérus (pilule progestative ou pilule progestative microdosée, implants, stérilets hormonaux, progestatifs injectables)
  • Les oestroprogestatifs, qui présentent les mêmes effets avec l’apport d’œstrogènes nécessaire en cas de traitement long ou chez certaines patientes

 

Dans le cas de dysménorrhées secondaires, le traitement va dépendre de la maladie à l’origine des symptômes.

Pour les pathologies telles que l’endométriose, et l’adénomyose, un suivi par un spécialiste de l’endométriose sera nécessaire.

Lire aussi ; L'Endo-like, comme une endométriose

Conclusion

Les dysménorrhées peuvent être un symptôme de plusieurs maladies gynécologiques, la première étant l’endométriose et l’adénomyose. Il est nécessaire d’en parler à votre médecin ou gynécologique si celles-ci sont intenses et fréquentes, afin d’en déterminer la cause le plus tôt possible.

Lire aussi ; Qu'est-ce que l'adénomyose ?

Co-écrit et validé scientifiquement par Dr Jean-Philippe Estrade

Chirurgien gynécologue et obstétrique, expert en endométriose à l’Hôpital Privé Clairval et la Clinique Bouchard, à Marseille.